Partenariat AEDAC-ESPE : réunion du 30/11/2016

Voici le compte rendu de la journée qui s’est tenue à l’ESPE de Caen le 30 novembre 2016

Matinée :

Le groupe recherche-action réunissant des professeurs documentalistes de l’AEDAC et les enseignants et étudiants en M2 de l’ESPE a décidé de s’ouvrir à des enseignants de discipline, en collaboration avec le CARDIE représenté par M. Descamps IA-IPR d’Histoire-Géographie.

L’intitulé de la matinée était « « Eco système numérique » dans cadre réforme collège ». La plupart des enseignants de discipline présents étaient des enseignants d’Histoire-Géographie et les autres de lettres.

Elisabeth Schneider a rappelé les principes et intérêts de la recherche action : un regard extérieur sur des pratiques quotidiennes en établissement qui peut déboucher sur la mise en évidence de l’invisible ; construction d’outils d’ingénierie pour formaliser des pratiques ; proposer les apports de la recherche (par exemple sur les difficultés des élèves ou le rôle des écrits intermédiaires).

Le tour de table des participants s’est centré sur l’enseignement de la recherche d’information. Ce thème est cohérent avec le GRD dont les préoccupations s’élargissent progressivement du document de collecte vers la place des écrits intermédiaires dans la recherche d’information.

L’AEDAC souhaite élargir cette expérience au-delà des disciplines représentées ce mercredi, ainsi que veiller à ne pas se limiter au numérique ni à la formation à des procédures mais en considérant l’écosystème informationnel et la nécessité d’identifier des éléments de culture informationnelle pour former des élèves à être acteurs de cet écosystème. Pour certains collègues de discipline, formaliser des contenus info-documentaires lors de projet de recherche avec des élèves ne semble pas une évidence.

La matinée se conclut par la perspective de construire une progression de la recherche d’information du collège au lycée. Des collègues professeurs documentalistes ont fait remarqué que cette réflexion était déjà bien avancée en information-documentation et que des outils existent déjà.

Après-midi : « Faire chercher des informations aux élèves : quelles pratiques enseignantes ? »

Introduction par Elisabeth Schneider, qui a rappelé l’histoire du groupe de travail sur le document de collecte, et Camille Brouzes s’est quant à lui félicité de cette journée qui souligne la nécessité de s’interroger sur l’enseignement de la recherche d’information.

Intervention d’Anne Cordier : « Définir et enseigner la recherche d’information : modèles et méthodes en questions ».

Anne Cordier questionne les modèles anciens d’enseignement de la recherche d’information centrés sur les procédures et souligne la nécessité de développer une véritable culture informationnelle par la mise en action des élèves via des démarches d’enquêtes ou un travail sur des controverses.

Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont des outils de recherche d’information : des informations sociales quand il s’agit de s’informer sur des portes ouvertes, d’offres promotionnelles… mais aussi des informations journalistiques (via notamment les pages des journaux). Se repérer dans ce flux suppose de connaître l’univers médiatique. Youtube est également décrit comme un « couteau suisse » pour la recherche d’information. Cette plate-forme mobilise de nombreuses compétences informationnelles.

Elle conclut sur la nécessité de travailler sur les traces de l’activité informationnelle et d’exploiter les pratiques non formelles des élèves en repérant des invariants pour ne pas tomber dans des phénomènes de mode. Les pratiques doivent avoir du sens quand on s’y réfère en classe et cela ne doit pas être systématique. Anne Cordier rappelle que le rôle de l’Ecole est également de transmettre une culture commune.

Fatma Hommet, formatrice à l’ESPE de Caen, a présenté la formation des professeurs documentalistes stagiaires et la démarche de recherche en lien avec le partenariat entre les enseignants documentalistes du groupe recherche-action sur le document de collecte et les étudiants de l’ESPE dans le cadre de cette formation. Les professeurs documentalistes qui ont déposé
des séances dans le groupe constitué sur l’ENT pourront être amenés à travailler avec les stagiaires de l’ESPE. Amandine Lelasseux, fonctionnaire-stagiaire en M2 documentation, a présenté plus en détail sa recherche sur la place du document de collecte dans les pratiques informationnelles des élèves et dans les pratiques pédagogiques des enseignants.

Thomas Rattier, professeur documentaliste, et Emmanuelle Cornillon, professeure d’histoire-géographie ont présenté un projet mené en classe de 4ème au collège de Vimoutiers. Cette présentation « Projet réseaux sociaux et différenciation pédagogique » donne un exemple de collaboration interdisciplinaire information-documentation et Histoire Géographie et illustre comment on peut travailler une démarche non linéaire de recherche d’information.

Publicités